Dossiers > Récits de voyage

Italie, ou notre dernier voyage en Pan

Février, l'hiver bat son plein, temps de saison maussade et frileux, nous pensons à nos prochaines vacances... à moto bien entendu Quinze jours en mars ? Madame frileuse et sceptique quand au temps et température du mois de mars, émet de fortes réserves pour une belle épopée à moto ce mois-là. L'avenir lui donnera raison...


Nouvelle concertation... C'est décidé, ce sera début avril avec pour destination PROVENCE ALPES COTE D'AZUR et ITALIE.
L'idée a germé dans la tête de monsieur, et madame y souscrit aussitôt.
Voilà un bon pas en avant de fait : le choix des dates de congé et de la destination.
Pourquoi ce choix ? En région PACA nous y avons tous deux de la famille -cousines et consorts, oncles et tantes- de plus nous n'avons jamais visité cette région. L'ITALIE, dans le prolongement de la Côte d'Azur nous n'y avons jamais mis les pieds non plus. Deux bonnes raisons, n'est-ce-pas ? Et voilà, c'est parti pour la période de préparation du voyage, période fébrile durant laquelle l'imagination s'évade déjà.



Pour monsieur quelques conversations avec des collègues italiens autour de la "machine à café" révèlent l'intérêt touristique d'une région dénommée "CINQUE TERRE", classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Pour madame ses recherches internet la mènent précisemment dans la même région.
Ce sera donc la découverte d'une région italienne : la LIGURIE.
De là tout s'accélère : on contacte la famille, on se met d'accord pour notre venue, on se lance dans les recherches internet, on se renseigne sur les hôtels avec garage pour la "belle", j'ai nommé la Pan, on s'interroge sur le tracé du parcours... Et si on passait par CLUNY ? Ce serait l'occasion de faire une reconnaissance pour une de nos prochaines sorties moto. Bon, c'est d'accord. On revoie le circuit, les hôtels... Enfin, côté français tout est ok. Dans la foulée on traverse virtuellement la frontière, on visite la toile italienne pour une première découverte tout aussi virtuelle de la région où nous irons.


LA SPEZIA, c'est là où nous séjournerons. [Le choix de l'hôtel est en partie fonction de la possibilité de disposer d'un garage]. Au retour, nous n'emprunterons pas le même circuit. De LA SPEZIA nous remonterons par la vallée d'AOST et nous passerons sous le tunnel du Mont Blanc. Cela n'est pas sans impressionner madame la passagère qui s'inquiète déjà du "temps enfermée sous ce tunnel".




Un bon mois s'est écoulé entre le moment ou nous avons décidé de la destination et le moment ou tout semblait prêt pour le départ. Les derniers jours, l'esprit tranquille, nous nous laissons vivre en attendant le jour tant attendu...

Cluny : Les Arts et Métiers

Et c'est parti pour l'aventure.
Mardi 6 avril bon pied bon oeil, avec juste ce qu'il faut de bagages mais point trop, les blousons d'hiver sur le dos, nous prenons l'autoroute du sud via TOURNUS. Les kilomètres défilent paisiblement sur une autoroute que nous n'avons pas grand coutume de fréquenter, allure raisonnable, après tout nous sommes en vacances il ne sert à rien de courir.
A TOURNUS nous quittons l'autoroute et nous engageons sur des départementales? en direction de CLUNY où nous arrivons vers midi et demie, nous avons parcouru 425 kms. Un petit tour rapide du centre ville historique, qui abrite l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts et métiers, et nos estomacs nous rappellent qu'il est temps de nous installer devant une assiette bien garnie... 14 heures sonnent, nous prenons le temps de visiter un peu plus le centre ville, [qui soit dit en passant fait actuellement peau neuve et comporte de nombreux travaux] : la place de l'hôtel de ville, l'entrée de l'abbaye, le musée de l'abbaye et une rue commerçante de la ville. Il se fait déjà plus de 15 heures nous devons repartir car nous sommes attendus à ORANGE, première étape familliale. De nouveau autouroute, avec quelques déboires à l'approche de MACON. Un accident à provoqué un bouchon phénoménal, nous parvenons à remonter tant bien que mal la file de voitures à l'arrêt. Nous avons perdu une bonne heure... nous arrivons chez la cousine vers les 19 heures, autant dire que nous étions attendus.




Fontaine de Vaucluse : la résurgence


Mercredi nous avons un programme de visites des "sites à ne pas manquer", mais ce sera en voiture, difficile de monter à trois, même sur une Pan ! Le temps ne s'annonce pas merveilleusement beau mais qu'à cela ne tienne, nous partons pour notre journée de visite. FONTAINE DE VAUCLUSE et sa superbe résurgence, L'ISLE SUR SORGUE la ville des antiquaires, ROUSSILLON et ses ocres et GORDES ville ségneuriale. Belle rivière du département:la Sorgue de Vaucluse



Les ocres de Roussillon




Jeudi début d'après midi, nous reprenons notre Pan et partons vers COGOLIN par la mythique nationale 7. AVIGNON que nous contournons avec ses ponts et sa muraille d'enceinte , BRIGNOLLES pas simple à traverser, AIX-en-PROVENCE belle ville, son cours Mirabeau, le soleil, les promeneurs... c'est déjà le sud, La bien connue Montagne Sainte Victoire, La GARDE FRENET. La route se fait à présent plus capricieuse et la Pan s'engage dans une série de virages, ce qui n'est pas pour déplaire à Pepito.
Enfin nous arrivons chez les cousins. Vendredi, de nouveau visite d'un coin jusqu'ici inconnu. L'incontournable St TROPEZ, ses ruelles et ses maisons colorées, son port de plaisances, ses joueurs de boules sur l'esplande ombragées de platanes. RAMATUELLE, village médiéval, pittoresque, lové au flanc de la colline au coeur de la nature paisible et sans exubérance qui tranche avec le côté plus "people" et branché de sa plage de Pampelonne. GASSIN, charmant village en montagne, le moulin de PAILLAS restauré qui se situe sur la RD 89 mène à Gassin sur la colline à 325 m d'altitude.


Produits régionaux des cousins





Déjeuner en baie de St TROPEZ, restaurant avec accès direct sur la plage, et ce jour là beau soleil et température estivale. Le rêve.
Nous sommes samedi et voici l'heure de prendre la route via NICE, notre dernière étape en France.

Notre Pan : la plus belle !


Nous arrivons chez nos hôtes (oncle et tante) en fin d'après-midi. Soirée "conversation". Le lendemain matin levés tôt nous partons à la découverte du vieux NICE, pittoresque avec ses ruelles aux étales colorés. A ne pas manquer. Promenade des Anglais et marché de NICE le dimanche matin, super impressionnant. Nous sommes tous deux impressionnés par le marché aux fleurs. Nous ne pouvons pas ne pas goûter à une spécialité de NICE "la socca" galette de farine de pois chiches, nous dit le tonton. Qu'à cela ne tienne, nous voici attablés chez Teresa. Moment typique.


Marché de NICE : la socca




L'après midi mauvaise surprise, le temps est plus que maussade, pluie, vent et fraicheur. Les projets de promenades sont fortement compromis, nous tentons tout de même une balade dans les hauteurs de NICE d'où nous avons une vue sur le cap FERRAT, sous la pluie et le froid c'est tout juste si nous sortons de la voiture. Dommage, par beau temps ç'eut été mieux.
Lundi matin nous entamons la deuxième semaine de vacances, comme prévu nous prenons la route en direction de l'Italie. 300 kms nous attendent. La frontière passe quasi inaperçue. 300 kms d'une succession de tunnels et de viaducs. Nous nous attendions à emprunter bon nombre de tunnels, mais à ce point ! Pas moins de 120 tunnels entre la frontière et la SPEZIA. Madame la passagère a eu tout loisir de les compter. Le paysage : montagne et mer, un régal pour les yeux. Arrêt déjeuner dans une ville balnéaire et premier co,tact avec les italiens, nous ne parlons pas italien, mais un mot en français, un mot en espagnol voir en "valencien" et un petit baragouin de semblant d'italien et nous parvenons à manger... des pâtes !


Une courte pause à GENOVA, juste le temps de dégourdir les jambes et de prendre quelques photos d'un navire amarré au port, et la Pan nous jusqu'à notre point d'arrivée : LA SPEZIA.


Dès le mardi matin c'est parti pour 3 jours de marche par des chemins de muletiers, escarpés à souhait, à la conquête de la région de Cinque Terre.



Cinque Terre




Cette région est desservie par le train, équivalent du Ter, qui s'arrête dans chacun des villages qui la composent : RIOMAGGORE, MANAROLA,CORNIGLIA,VERNAZZA et MONTEROSO AL MARE.

Le premier jour nous prenons donc le train jusqu'à CORNIGLIA. La gare étant en contre-bas, il nous faut monter les 382 marches qui mènent au village. Promenade dans les ruelles, déjeuner sur la terrasse d'un restaurant avec vue sur le village aux maisons multicolores à flanc de montagne. La mer, les champs en terrasses plantés de vigne ou d'oliviers... c'est géant ! Après le déjeuner nous nous engageons sur le sentier (payant, 10 euros pour nous deux) qui relie CORNIGLIA à VERNAZZA.



VERNAZZA




Un sentier abrupte, passer par des faux-plats, franchir des escalier de fortune aux degrés bien irréguliers. Temps estimé du parcours 1H40. Nous avons mis 1H30. Youpi !


De retour à l’hôtel par le train, douche et repos bien mérités.


Le lendemain, nous nous offrons une « croisière », autre façon de découvrir CINQUE TERRE , par la mer. Départ de LA SPEZIA jusqu’à MONTEROSSO DEL MARE à l’autre extrémité.


Resto à MONTEROSSO



A faire. Les petits villages colorés à flanc de montagne, la mer, le paysage en arrière plan, c’est superbe. Après une visite du village, un déjeuner toujours en terrasse surplombant la plage puis deuxième randonnée.





De MONTEROSSO à VERNAZZA par le sentier n° 2. Nous ne savions pas ce qui nous attendait. La veille nous avons souffert, mais là, c’est le pompon. Nous avons mis 1H de plus que le temps estimé.


Encore VERNAZZA



Le 3ème jours sera le plus cool. Le sentier de CORNIGLIA à RIOMAGGIORE est plat et bien que le paysage soit toujours aussi saisissant, cette promenade nous semble plus « fade ».


Outillage spécialisé



Le séjour à CINQUE TERRE touche à sa fin. Vendredi matin nous chargeons notre monture « la PAN », qui elle s’est reposée pendant trois jours, et cap vers notre beau pays France. Autoroute jusqu’à GENOVA.



A partir de là notre route diffère du parcours aller. Nous traversons le PIEMONT, région agricole aux pratiques d’irrigation bien particulières. Déjeuner au petit bonheur la chance dans un village italien, nous sommes agréablement surpris par l’accueil convivial d’un restaurant « de campagne ». La PAN, Pepito aux commandes nous conduit en vallée d’AOST. Le temps se gâte, nous essuyons même quelques gouttes de pluie. Des montagnes enneigées de part et d’autre. Nous approchons du massif alpin. Voilà, nous apercevons le MONT BLANC, majestueux, nous empruntons le tunnel,11 kms et 11 mn pour le traverser. Ouf, bien plus facile que ce que madame avait imaginé.



Le Mont Blanc


Nous roulons jusqu'à NANTUA par des autoroutes de montagnes,dîner apprécié face au lac.
Après une bonne nuit, retour à la maison très contents de notre périple. Nous ne le savions pas encore mais ce fut notre dernier voyage avec la Pan.

Nous terminons notre article avec tous nos remerciements aux hôtes qui nous ont accueillis.



Nos coups de coeur :


Article suivant: Un lundi dans le sud ouest
Article précedent: La Route des Grandes Alpes en K1200 en juin 2010

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami








A propos de cet article
Profil de pitoinfos Article de Pito.
travaillant dans le BTP, je suis fier d'avoir participé à la construction du viaduc de Millau. Motard sur le tard, mais ça me trottait dans la tête depuis logtemps.

N° Article : 655
Article lu 4921 fois.
Créé le 05-08-2010 à 21h39.
Modifié le 06-08-2010 à 11h24.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles