Dossiers > Autres motos Honda

Sur la piste des éléphants, j'ai posé mon cul sur une Honda 1800 Goldwing !

Rhaaaaa !!
C'est libératoire !

J'ai enfin essayé la Honda Goldwing 1800 (faut savoir pour ne pas passer pour un kéké chez le concess du coin qu'on ne dit pas "une mille huit cent goldouine" à un goldwinniste, mais "une Gold 18", par opposition à la "15" ou à la "12". Mais on dit quand même "une onze cent Gold" et "une Gold 1000"). Quelques copains en ont, mais disons qu’ils ne sont pas prêteurs (honte sur eux, leur assureur et leurs descendances jusqu’à la 17e génération). Les vendeurs à l’occasion rechignent à faire essayer leur moto. Reste le concess Honda du carrefour Pompadour qui est sympa et qui commence à connaître par coeur ma PC 800 ; il a bien voulu m'en prêter une pour un petit essai : "pas de problème, à condition que les routes soient sèches, tu me préviens la veille". Ben oui, il n'a pas envie de la nettoyer tous les jours, et puis de toutes façons c'est toujours par temps sec qu'on dresse les éléphants, tous les indiens vous le diront.

c est celle-là que j ai essayée

mais c'est connu qu'un éléphant, ça trompe énormément.


Honda Goldwin 1800

D'ailleurs, je vais en profiter pour dégommer tout de suite quelques mythes fondateurs de la Gold :

- 1 : ce n'est pas lourd !

Ben non, ce n'est pas lourd, faut arrêter de nous pomper l'air avec ça, histoire de frimer devant la populace, genre "je suis un vrai motard car j'arrive à tenir 400 kg à bout de bras, et c'est seulement au bout de 35 ans et 45 motos que c'est possible". Ben c'est faux. Bon, ce n'est pas un roadster non plus, je n'ai pas dit ça. Il y a quand même 400 kg sans compter le poids du bonhomme. Donc ça peut varier de 450 à 530 kg avec les valises pleines, sans compter le poids de mémère en SDS que je vous laisse le soin de calculer après avoir pesé la vôtre (et vous démerder avec, chacun ses problèmes).

En fait, on gère très bien le poids à une condition quand même : avoir des jambes assez longues parce qu'à l'arrêt ou au ralenti on apprécie de pouvoir poser les talons. Il y a un réglage d'assiette au bouton qui permet de régler la taille des jambes mais comme la selle est bien profonde, ce n'est quand même pas prévu pour les nains. A l'arrêt, c'est vrai qu'on n'a pas trop envie de la laisser pencher. Au démarrage, le problème n'est pas le poids, mais l'embrayage qu'il faut connaître pour savoir comment faire patiner juste bien pour que ça parte en douceur. Dès qu'on roule, le poids ne se sent plus tellement car le centre de gravité est très bas et la tenue de route très saine. En plus, le guidon est bien large, on la maîtrise bien.

Puisqu'on en est à parler du poids, j'invite ceux qui croient qu'une Gold c'est lourd à venir faire un petit tour sur ma GTR 1000 qui fait 100 kg de moins, soit 300 petits kg de rien du tout. Par comparaison ils trouveront la Gold plutôt légère, maniable et facile à béquiller. J'ai l'impression que quand on a eu une GTR, on peut piloter n'importe quoi.

- 2 : ça balance bien

Ben oui, c'est une moto, donc c'est bien équilibré, le moteur est un flat twin x 3, ce qui fait 6 cylindres au raz du sol, ça suffit pour bien plomber la bouée. Résultat : je n'irais pas jusqu'à dire que c'est joueur, mais ça se balance bien si on le lui demande gentiment.

photo du constructeur, Honda Goldwin 1800

- 3 : si, si, ça peut rouler vite

Non, je n'ai pas dépassé le 130. Dixit mon concess : "tu respectes le code de la route...". "Oui, M'sieur !". Mais on se retrouve à 130 sans s'en douter, c'est juste que quand on passe 110, ça commence à faire du bruit. De toutes façons, du haut de ma grande expérience de la moto (le permis il y a 3 ans tout juste, c'est dire !), j'ai percuté un truc : quelle que soit la moto, il y a un cap vers 100-110. En dessous, tu te balades par petit temps, au-dessus ça commence à souffler (et si tu n'as pas une GT tes bras s'allongent). Donc, pour celle-là comme pour les autres (GT) on commence à entendre du bruit, ou alors on a la bulle très haute et on aime voir le monde à travers une vitre sale. Là, j'avais la bulle basse, qui est très bien et pile pour ma taille. Pour ce qui est de la vitesse maximale, j'avoue que je m'en fous. On est en droit de supposer que si les 100 chevaux vous emmènent aussi facilement à 130, ils doivent pouvoir accélérer encore un peu.

- 4 : même si on ne le voit pas trop, y a un moteur

... et un très bon moteur, tout le monde le dit et je le confirme. Je ne connaissais pas le 6 cylindres, c'est assez rare. ça change du bicylindre en V et du 4 cylindre en ligne. 6 gamelles de 300 cc qui poussent en même temps et 100 chevaux, ça peut le faire et d'ailleurs ça le fait. Dès qu'on tourne la poignée, ça part comme une grosse voiture américaine. On sent la cavalerie arriver, pas d'un seul coup comme si on avait lâché les fauves, mais tout le monde ensemble et dans l'ordre. Et ça pousse, fort ! Pas de doute, ce sont des chevaux lourds et attelés. Inutile de chercher à monter dans les tours, il n’y en a pas : zone rouge à 5500 tr/mn. En tournant aussi lentement, le moteur n’est pas près de s’user. Avec ça, on conduit sur le couple et non sur la puissance. De toutes façons, il y a trop de couple et trop de puissance pour l’usage courant. Il y a un bruit particulier, ça gronde mais ça ne hurle pas. Une moto de baryton. La puissance est juste gênante au démarrage en première, parce qu'avec tout ce monde sous le capot, il faut savoir doser pour démarrer en tournant, sinon paf, par terre. En fait, je n'ai pas été gêné par le poids mais par la puissance au démarrage. Dès qu'on a pigé comment est réglé l'embrayage, ça va.

- 5 : si, on peut piloter ça sans s'occuper des boutons

Y a des boutons, plein. De toutes façons, la moto est connue et même recherchée pour ça. Le jour où Honda vire les boutons pour une commande unique, il n'en vend plus une. Mais les commandes habituelles sont à l'emplacement habituel, donc on n'a pas besoin de lire la notice avant de partir. C'est juste utile de savoir où est le réglage des poignées chauffantes quand on essaie la brêle par 1° C (faisait pas chaud l'autre jour, sec, mais carrément pas chaud).

- 6 : c'est facile à béquiller

Histoire de voir, j'ai fini en la mettant sur la centrale. Facile : le pied sur la béquille, ça touche par terre, on l'attrape des deux mains facilement, balancer un peu devant jusqu'à sentir l'autre pied de la béquille toucher, on appuie un bon coup et ça monte tout seul. Surtout ne pas y aller comme une brute, parce que ça risque de la déséquilibrer. J'ai été minable, je n'ai pas essayé de la redescendre de la centrale. Je suppose qu'un bon coup de reins et ça le fait.



A part ça, je peux confirmer quelques poncifs :

- 1 : c'est lourd

Oui, quand même. Nourri par mes abondantes lectures sur les forums internet à propos de l'engin, j'avoue avoir tourné autour quelques instants avant de m'asseoir dessus. Il y a un je ne sais quoi d'appréhension à mettre son cul là-dessus, des fois qu'on la laisse tomber, ça ferait désordre devant la concess avec tous les clients qui passent. Je sais comment faire pour la redresser, mais quand même on a son honneur. Après ça, il faut faire gaffe au démarrage si c'est en courbe : si on est mou sur l'embrayage ça va par terre à l'intérieur, si on est trop fort sur la poignée c'est par terre à l'extérieur. Disons qu'il faut éviter de faire le con avec, c'est pas une moto pour gamin. De toutes façons, les pulsions démoniaques sont dissuadées par le spectre d'une facture lourde aussi.

- 2 : c'est gros

C'est surtout volumineux. Pas tellement plus large qu'une autre (ma GTR fait 98 cm de large, ma PC 95, mesurez la vôtre, vous verrez). Sauf que sur celle-là, c'est toute la moto qui est large, mais pas vraiment plus. Je comprends mieux comment font les moto-taxis parisiens qui me grattent en interfilage sur le périf. En fait, la largeur contribue à l'équilibrage de l'éléphant. A mon avis, si on charge les valises latérales, ça doit être encore mieux. En tous cas, on passe bien dans la circulation. Dans les bouchons, il ne faut pas espérer se faufiler comme un scoot, mais c’est plutôt plus maniable qu’une Pan 1100, par exemple.

volumineux à l arrêt, agile sur la route

- 3 : la tenue de route est excellente

Oui, ça file droit, même dans les grandes courbes. La partie cycle se fait totalement oublier : ni louvoiement, ni tortillement sur les raccords de chaussée, aucune instabilité. Si toutes les motos étaient comme ça... Comme avec toutes les motos lourdes, les virages se négocient au guidon par le contrebraquage, la moto y est sensible car le centre de gravité est situé très bas. Elle est suffisamment agile pour qu'on puisse la faire danser, raideur déconseillée. On le fait naturellement, en tous cas quand on a l'habitude des GT. Mieux vaut toutefois réfléchir avant les virages, et se garder une marge de sécurité tant qu'on ne l'a pas parfaitement en main. Les rigolades du genre "je fais le con dans les virages" sont à garder dans le monde virtuel. C'est simple : on fait pencher la moto, on la pose sur son rail, on laisse faire, et ça va tout seul. Je pense que même les épingles en montagne doivent passer sans problème si on anticipe bien.

- 4 : y a plein de boutons

Ben heureusement, sinon ça ne serait pas une Gold. En plus, il y a tellement de fabricants d'adaptables qu'on peut s'en rajouter à profusion pour un tuning d'enfer. Le correcteur d'assiette, c'est un vrai plus. ça existe depuis 20 ans, y compris sur la bonne vieille Yamaha Venture, mais on apprécie toujours. La radio à fond les potards dans les rues, je trouve que ça fait vraiment ringard à l'heure des baladeurs mp3. Honda ferait mieux de virer ça et d'utiliser son câblage intercom pour interfacer les téléphones portables. ça lui coûterait moins cher et ça servirait plus.

large, qui a dit large ?

- 5 : l'ergonomie est très bien faite

La moto est vraiment bien conçue, il n'y a pas de faute de goût, la position de conduite est parfaitement étudiée, le passager est chouchouté. Les commandes tombent sous la main, on pilote très droit et relax (enfin dès qu'on a pigé comment gérer le poids). On sent que cette moto a 30 ans de recul. La protection a l’air bonne, en tous cas au froid. Je n’ai évidemment pas pu tester la bête sous la pluie. Habillé normalement, mais en gants demi-saison, j’étais confortable. Avec la bulle basse, il n’y a pas de retour de flux d’air sur le pilote, ni d’aspiration en avant par effet ventouse grâce aux évents qui percent la bulle. Il y a des réglages d’air chaud ou froid sur les jambes qui sont très astucieux (là encore ce n’est pas nouveau). Il y a en revanche un peu d’air sur les mains, et les poignées chauffantes m’ont été utiles avec leur défaut habituel : paume qui brûle et bout des doigts qui gèlent. Malheureusement, impossible sur une Gold de monter des manchons (enfin si, c’est possible, mais on aurait l’air de quoi ?).

- 6 : le look, on aime ou pas

Il faut s'y faire, les motos du XXIe siècle ont des airs de vaisseau spatial. Le contraste avec la 15 est saisissant. On aime le look actuel ou pas. En tous cas, le style est là, et il permet aussi bien le délire le plus total avec des chromes partout et un décor de sapin de Noël que la sobriété si on lui laisse sa robe d'origine.



Voilà, c’était un petit essai, juste une demie heure avec un peu d’A86 très chargée, de A4, une sortie, quelques ronds points, un bouchon au feu rouge, une grosse accélération sur une bretelle d’entrée, quelques petites rues de banlieue, un trottoir dans l’illégalité (parce que c’est un raccourci pour rentrer chez le concess). Assez pour se rendre compte, pas assez pour avoir tout compris. Suffisamment en tous cas pour vérifier que c’est une très belle moto très bien conçue, un sacré moteur. Je comprends son succès commercial. C’est clair que si on était tous riches, on roulerait probablement en Gold, parce qu’elle est comme les nôtres avec plus de confort et plus de puissance et qu’elle correspond parfaitement à notre philosophie de la moto : rouler bien et loin.

la 15 était carrée, la 18 est ronde

D’après les utilisateurs et les copains qui en ont, elle ne consomme pas tant que ça : 6,5 l / 100 km en utilisation tranquille, preuve que nos petites bécanes qui consomment autant ont beaucoup de retard. Et puis l’entretien n’est pas beaucoup plus cher vu qu’il y a un cardan et un réglage automatique des soupapes (comme sur la PC, tiens !). Comme toutes les GT d’aujourd’hui (et la PC d’hier), il faut déshabiller la bête pour la moindre intervention. Mieux vaut donc apprendre rapidement la dépose repose des carénages. Comme la 15, la 18 accèdera vraisemblablement à des kilométrages impressionnants tant la motorisation paraît solide. Le problème, tant qu’on n’a pas d’accident ou de chute à l’arrêt bien sûr, n’est donc pas tant l’entretien ou le coût kilométrique que l’achat. Presque 30000 euros, c’est quand même une jolie somme. En revanche, la revente est assurée, tant le prix à l’occasion est surcoté.

photo du constructeur, Honda Goldwin 1800


Pas si terne, le pachyderme !

Maintenant, j’aimerais essayer la 15. On dit que la différence est très sensible, qu’on sent vraiment l’écart de génération. Ça rend curieux.


Claudius Antiquus 2010





Merci à Absolu Moto au carrefour Pompadour de Créteil, pour ce prêt de guidon. La moto est en vente (d'occasion) pour 16990 euros, à 75000 km. Elle est visible sur le site du magasin www.hondamoto-creteil.com .
...


Article suivant: Bougies à électrodes en iridium
Article précedent: Montage d'un indicateur de rapport engagé GLPRO sur Deauville NT700V 2009

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami
Lien commercial -6-









A propos de cet article
Profil de Claudius_antiquusinfos Article de Claudius_antiquus.
Un peu musicien à mes heures.

N° Article : 608
Article lu 7914 fois.
Créé le 01-02-2010 à 21h07.
Modifié le 19-02-2010 à 17h13.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Discutons de cet article sur le forum En discuter sur le Forum
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles