Dossiers > Accessoires moto

Bricoler une chouette rehausse de bulle pour pas cher et facilement

Marre de prendre le vent, le bruit et la flotte dans la tronche, à cause que (je sais, c’est pas français, mais j’ai l’accent des faubourgs c’matin) ma bulle haute n’est pas assez haute pour moi (c’est une question de standing, j’aime bien avoir un point de vue élevé, mais passons sur ces considérations sociales).

Donc, la pompe à phynance ne parvenant pas à suivre le train de mes aspirations aérodynamiques et sociales, pas envie d’acheter pour des sommes que la morale motardesque réprouve une bulle très haute pour une moto sortie du catalogue (et ses pièces détachées avec elle) depuis 20 ans.

Donc, mec, va falloir te prendre par la main, te secouer les méninges, te sortir les doigts du , enfin vous voyez à peu près le problème

Vue générale


Première phase : récupérer un vieux bout de bulle (ben oui, je ne vais pas acheter une bulle neuve pour couper dedans !). Là, on a le choix entre les puces moto et les arrière garages des copains. En l’occurrence (j’aime bien le mot qui, prononcé trop rapidement ou entendu distraitement après quelques bières, peut sembler faire référence à une sorte de vieillissement anatomique provoqué par une selle trop dure, mais glissons, c’est pas le sujet), il s’agit de la réserve de l’ami Didier78, grand motard devant l’Eternel et collectionneur de Deauvilles et de CX 500, avec qui j’ai déjà commis quelques articles sur ce site. Il faut savoir que l’ami Didier ne consomme que du bon vieilli en fût de chêne à la maison et que cidre et champagne n’ont d’intérêt pour lui que par la bulle qu’ils génèrent. Généreusement, il n’hésite pas à inviter les copains autour d’une bulle teintée et aromatisée par l’âge et la raison, quelques ridules d’expression en augmentant encore la valeur et le prix. Comme pour tout grand cru, l’art du goûteur se voit à la capacité à virer le bouchon pour ne garder que le meilleur.

Bon, enfin, je repars de chez lui (selon une trajectoire aléatoire due aux invraisemblables quantités de boissons frelatées qu’il m’a fait ingurgiter dans le cadre d’une négociation longue et pénible. C’que la vie peut être dure parfois…) avec une vieille bulle pas mal éraflée mais dont la partie centrale est correcte.


Deuxième phase : faut réfléchir à « comment je vais fixer ce machin sur ma bulle, moi ? », sachant que :
-ma bulle est super belle, fumée, pas rayée, et tout, donc pas envie de l’abîmer en loupant mon coup,
-impossible de trouver sur le net les chouettes petites fixations en plastique que je vois sur les motos des autres (mais où vont-ils chercher ces trucs là ?),
-pas envie de mettre des gros sous dans les fixations,
-je suis né avec deux mains gauches (y a vraiment des gens qu’ont pas de pot dans la vie, et c’est tombé sur moi, je suis maudit).

Donc la deuxième phase est longue…, longue…, …

Et puis un jour, c’est-à-dire au bout de 6 mois, j’ai une idée ! (une seule, et je sens qu’il n’y en aura pas d’autre, alors vaudrait mieux qu’elle soit bonne, et puis y a intérêt à s’y mettre rapidement avant d’oublier, parce que j’ai oublié de vous dire que j’ai aussi Alzheimer)


Troisième phase : faut aller acheter la quincaillerie qui va bien :

-4 vis mécaniques en 4 x 40,
-8 écrous de 4
-8 rondelles cuvette de 4
-8 rondelles plastiques de 4
-1 m de tube alu de diamètre intérieur 4 (la vis doit pouvoir coulisser à l’intérieur)

Sachant que :
-toute la boulonnerie doit être en inox, vu qu’à la pluie une santé de fer ça rouille,
-les bulles étant fragiles et cassantes, les rondelles plastiques et les rondelles cuvettes servent à amortir le serrage des boulons, sinon tout exploserait à la moindre tension.
-On trouve tout ça chez Castor, Le Roi Malin, etc…
-J’en ai pour 10 roros

Avec ça, je fais 4 ensembles constitués dans l’ordre de :
-vis,
-rondelle cuvette,
-rondelle plastique,
-bout de tube coupé à 2 cm (ou moins),
-rondelle plastique,
-rondelle cuvette,
-écrou,
-écrou.

La rondelle cuvette sert à répartir la serrage du boulon sur toute la surface de la rondelle plastique qui sert de martyr pour protéger la bulle.

détail boulon 2

détail boulon 1

Je coupe deux tailles de tubes, car après un premier montage et un essai routier, je m’aperçois que :
-si la rehausse est trop écartée de la bulle, il y a trop d’air qui s’engouffre entre les deux bulles et qui ressort au niveau de ma tête, de sorte que j’en prends autant dans la tronche qu’avant, donc 1 ou 1,5 cm d’écartement ça suffit largement,
-j’ai d’autant moins de turbulences sur le casque que la rehausse est un peu inclinée vers l’avant, c’est-à-dire que les fixations du bas doivent être plus courtes que les fixations du haut, ça réduit encore la taille de la fenêtre d’entrée d’air entre les deux bulles. Donc, il faut que les petits tubes en alu qui déterminent l’écartement ne soient pas coupés à la même dimension en haut et en bas (une différence de 3 – 4 mm suffit). Bien limer les bords des tubes pour éliminer les barbulles de découpe.

vue de profil

Dans la bulle de l’ami Didier, je découpe le bout qui m’intéresse. C’est simple, il suffit dans l’ordre :
-de repérer la partie utilisable de la vieille bulle (si sa courbure n’est pas trop différente de cette de la bulle principale, c’est mieux),
-de tracer au feutre la future découpe,
-de brancher la scie sauteuse avec une lame pour métal neuve, réglée à vitesse pas trop rapide (pas la plus lente parce qu’on explose tout). Il est prudent de faire un essai sur un coin condamné de la vieille bulle.
-Et de couper tranquillement tout ça en suivant à peu près le tracé au feutre. La découpe est forcément irrégulière et les bords sont assez moches, mais la finition gommera tout ça.
-On présente l’objet sur la moto, pour voir si la forme va bien, éventuellement on retrace, on recoupe un bout dedans, etc…, jusqu’à être satisfait du résultat.
-La finition est faite sur le touret à meuler (meule douce), qui permet à la fois de rectifier la découpe, de supprimer les barbulles et de lisser les bords.


Quatrième phase : faut monter tout ça.

Donc, on a d’un côté les 4 boulons de fixation et de l’autre la rehausse toute finie (Toute ? Non ! Car une zone résiste encore et toujours à l’env… Ah non ! c’est pas ça…).

Là, on va avoir besoin de la Seconde De Selle. Donc on l’appelle : « Chérie, peux-tu venir une Seconde sur la Selle ? ». Si elle a été bien élevée, elle arrive tout de suite. Son rôle (en cela comme en tout) va être déterminant. C’est grâce à elle que vous allez pouvoir régler la hauteur de bulle (à votre taille, pas à la sienne dont on se fout totalement, et puis quoi encore ?).

On s’y prend comme ça :
-on débéquille la moto et on s’assoit dessus, sur terrain plat,
-on prend la rehausse et le feutre,
-on présente la rehausse sur la bulle,
-la SDS se met devant la moto à quelques mètres et vous regarde (éventuellement elle vous admire, mais démerdez-vous avec vos problèmes),
-vous montez ou descendez la rehausse, jusqu’à ce que la SDS voie le haut de la rehausse à la base de vos yeux.
-Avec le feutre, vous tracez un trait à l’intérieur de la rehausse, le long du sommet de la bulle principale. Ce trait va servir ensuite de guide pour le montage définitif.

Pourquoi régler la rehausse sur vos yeux ? Parce que c’est apparemment le meilleur réglage :
-Si la bulle est trop basse, tout l’air récupéré par la bulle est canalisé vers le haut et envoyé directement sur l’écran du casque, c’est désagréable et c’est d’ailleurs pour ça qu’on est en train de rehausser tout ça,
-Si la bulle est trop haute, ça fait un pare-brise et vous regardez à travers comme sur une Gold, faut aimer l’ambiance voiture et voir la vie bien déformée car le plexi des bulles c’est pas du verre qualité télescope astro, et puis ça a une courbure qui courbe tout, même la lumière et donc aussi le paysage. Donc, c’est déconseillé sauf si vous roulez bien bourré, car passée une certaine quantité la bière courbe tout aussi, et donc décourbe le paysage courbé par la bulle (ça va, vous arrivez à suivre ?), mais ça donne envie de pisser donc vous n’irez pas loin comme ça.
-Si la bulle est au raz des yeux, l’air dévié passe pour l’essentiel au-dessus du casque, ou du moins est canalisé par le sommet arrondi du casque, mais vous regardez pourtant au-dessus de la bulle, donc c’est un compromis (il paraît qu’il faudrait dire « un fiancé malchanceux ») entre la bonne vision et l’absence de turbulence (il y en aura quand même un peu, mais vous entendrez enfin votre moteur à 130 km/h).

une  tite vue de quand je suis derrière la bulle


La largeur de la rehausse est importante :
-si elle est aussi large que la bulle principale, elle va dévier inutilement une grande quantité d’air, alors qu’il n’y a derrière plus rien d’autre qu’un casque, qui est notablement moins large que vos épaules. Ça va donc faire un superbe frein parachute et générer de grosses turbulences sur l’arrière de votre casque et surtout sur la Seconde De Selle qui ne vous le pardonnera jamais (et comme dit le vieux proverbe moldave, « si la Seconde De Selle est pas joyce, toi t’es dans la merde »).
-Si elle est en gros de la largeur du casque, l’écoulement de l’air autour de votre casque (et de celui de la Seconde De Selle) sera plus fluide, et tout le monde aura moins de turbulences, donc tout le monde sera content, surtout la Seconde De Selle et même votre réservoir qui se videra moins rapidement, et donc aussi votre compte en banque d’ailleurs étroitement surveillé également par la dite Seconde De Selle décidément souvent mise en cause dans cette phase délicate de la mise en bulle.

le gros plan qui va bien


Cinquième phase : faut fixer tout ça.

Maintenant, va falloir percer, et là faut pas se louper parce que les trous pour rien, ça ne peut pas se reboucher et après on en a pour des lustres à subir les réflexions goguenardes de motards soi-disant copains et de la Seconde De Selle qui trouvera là une excellente occasion de se venger de vous-ne-savez-pas-de-quoi vu que vous êtes évidemment irréprochable en tout, mais elle, elle sait, elle a de toutes façons une grosse réserve de trucs-à-se-venger. Donc faut être prudent.

Donc, on présente la rehausse sur la bulle en se guidant sur le trait au feutre qu’on vient de tracer, on trace, toujours au feutre, 4 points de perçage en veillant à bien les répartir symétriquement.

Après, on prend la perceuse (qui sert à percer, à ne pas confondre avec la berceuse, qui sert à bercer, attention vous gourez pas si vous êtes dyslexique) équipé d’un foret de 4 à métal (et pas à bois, car le foret à bois est paraît-il réservé pour les vitres de caravanes, d’ailleurs on dit toujours « Le foret à bois et la caravane passe », alors !). On règle la perceuse sur la vitesse lente, et on perce la rehausse aux endroits marqués.

Ensuite, on présente à nouveau la rehausse sur la bulle et, en utilisant les trous de la rehausse, on perce la bulle. Il est prudent de fixer temporairement la rehausse avec un boulon dès le percement du premier trou, pour éviter que la rehausse ne glisse entre deux trous (le premier qui sort une plaisanterie de mauvais goût se retrouve chez le proviseur avec une colle !).

Avec un petit tampon imbibé d’alcool à brûler, on élimine les traces de feutre, de doigts et de tout-ce-qui-fait-pas-propre.

Il n’y a maintenant plus qu’à poser les boulons, en n’oubliant surtout pas les rondelles. Ne surtout pas forcer le serrage, le plexi de la bulle est cassant comme du verre, de toutes façons le serrage est assuré par un contre-écrou (en revanche, on peut serrer fermement le second écrou contre le premier).


C’est fini !


Yapuka faire un essai routier, et miracle ça tient, rien ne bouge, aucune vibration de rien du tout même à donf, mais c’est bizarre, y a quelque chose qui a changé, j’ai des bruits inhabituels, ah oui, c’est le moteur, alors y en a vraiment un ? J’avais pas l’habitude de l’entendre, et puis je vais pouvoir retirer le manche à balai enfilé dans le dos de ma veste pour soutenir mes cervicales, puisque je n’ai plus de pression sur le casque.

Et puis, tiens, je fais une ‘tite foto et je ponds un article pour les copains.

une  tite vue latérale...


Article suivant: Utilisation sur la moto d'un GPS voiture
Article précedent: Sacoches cavalières sur Honda Deauville

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami








A propos de cet article
Profil de Claudius_antiquusinfos Article de Claudius_antiquus.
Un peu musicien à mes heures.

N° Article : 578
Article lu 17896 fois.
Créé le 20-10-2009 à 10h21.
Modifié le 24-10-2009 à 15h19.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles