Dossiers > Sorties et rencontres

TILT'S A LA SORTIE AMICALE PAN

LA VALLEE DE LA DORDOGNE DE BERGERAC A DOMME

En tant qu’invité, j‘ai pour mission, de vous narrer la sortie PAN «vallée de la Dordogne »du 20 avril. Ce topo sera édité sur le forum de l'amicale PAN.
Aussi, je vais vous faire profiter de ce récit, qui vous donnera des idées de balades.

Tout a commencé par un coup de fil d’Alain 24, au mois de février
-« Allo, Tilt’s J’organise une sortie le 20 avril, et j’aimerais te compter parmi nous »
Le bougre me sachant réservé (rires), n’avait rien négligé en me lançant :
-« Il y aura Christian 33, ( Deauvilliste comme moi, et comme il le fut lui même ), et tu pourras partir de Marmande avec Jean-Luc (Gold 1800) Claude (1300), Jean Marie ( Deauville 650 ) »
Touché coulé !
Bon, trois Deauville au milieu de cette horde de Pan, ça intimide quand même, alors on va se la jouer humble. La fable de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, on sait comment ça finit.
Regroupement Marmandais chez Jean luc. A peine les congratulations terminées, le ciel plombé qui menaçait, nous crache son venin, et il faut enfiler les combines chez Claude « pris au passage » à son domicile.
Cette chti’t drache nous accompagnera gentiment jusqu’à Miramont, et les kilomètres restant jusqu’à Mouleydier point de ralliement général ne furent qu’une simple formalité.
Il faut dire que l’accordéon dans la sono de la Gold, ça aide à dégriser les idées.
Au café du bon coin de la cité précitée, nous attendait une organisation «aux petits oignons ».
Café cakes, cannelés et accueil chaleureux d’Alain , Hervé , leurs épouses, et déjà quelques
amicalistes.
Tour à tour, les participants arrivés de tous horizons, ont animés la place du village, et la salle du troquet.

ALAIN 24 ORGANISATEUR HEUREUX














CHRISTIAN 33 FAIT LE HERON













JEAN LUC ET SA GOULDEOUINE












VOTRE SERVITEUR














Une fois les brèches colmatées, tous en selle . Que diable nous ne sommes pas des PANtouflards.
Le ciel toujours menaçant, nous épargnera toute la matinée.
Nous quittons rapidement la nationale ennuyeuse, pour emprunter une route étroite qui serpente à flans de collines , au milieu d’interminables châtaigneraies, jusqu’à atteindre le panorama du Cingle de Trémolat où le soleil nous gratifiera de sa seule percée dominicale.
De ce promontoire, la vue embrasse la Dordogne qui décrit un esse (cingle) à 180°.

PARKING EN VRAC AU CINGLE DE TREMOLAT













LA C'EST UN PEU MIEUX













ON OBEIT A QUI ?












CHRISTIAN 33 INFATIGABLE TDISTE












LE "CINGLE" NOM DONNE AUX MEANDRES DE LA DORDOGNE











LA TROUPE













Descente sinueuse vers les rives du fleuve, et son confluent avec la Vézère.
Passage sur le très curieux pont de Limeuil, qui enjambe tour à tour les deux rivières, au lieu de le faire d’une traite après leur jonction.
Passage devant la boite à images des PANdores; même pas mal, disciplinés les gars aujourd’hui !
Arrêt à Beynac charmant petit village médiéval accroché à flan de falaise, juste séparée de la Dordogne par l’étroit ruban d’asphalte. Ce haut lieu de la féodalité, témoigne de l’importance stratégique de ce fleuve, qui n’est guère plus utilisé aujourd’hui que pour la plaisance.

BEYNAC VU DU BAS













Vous pourrez si le cœur vous dit, faire une croisière reposante en gabarre, en prenant le temps d’admirer tous les châteaux, qui toisent la rivière.

GABARRE DES TEMPS MODERNES













Cette contrée de Dordogne est celle qui outre les sites préhistoriques, compte la plus grande concentration de châteaux et châteaux forts de tout le département.
Passage à Laroque Gageac , adossé à la paroi rocheuse aux colorations ocrées, et dont les façades bâties de la même pierre se confondent au décor minéral. Certaines habitations sont même semi troglodytiques.
Nous retraversons le fleuve pour entamer la montée vers Domme.


POINT DE VUE DEPUIS DOMME












DANS LES RUES DE DOMME













Parckage en vrac devant l’auberge. Une vrai PANtomime.

NOUS VOILA













Flânerie au grès des rues pittoresques, et coup d’œil à la vue imprenable sur toute la vallée, verrouillée par ses sentinelles de pierre immobiles depuis des siècles.
Bon, c’est pas le tout, mais ce grand air, ça creuse. Direction le restaurant.
Le repas qui suivit fut PANtagruélique, et fort savoureux.
En préambule, un kir « réparateur » nous est servi, et a tôt fait de délier les langues. Certains auraient préféré un PANaché.

LE DISCOURS DU CHEF












QUAND LE CHEF PARLE, ON L'ECOUTE











ENFIN..........PAS TOUT LE MONDE ET TOUJOURS LES MEMES












CA SE PASSE BIEN

















































Pendant ce temps, dehors c’est le déluge, et c’est l’œil morne que nous avons repris nos destriers des temps modernes, un peu anachroniques dans ce décors d’antan.

Direction le château de Castelnaud surplombant le Céou, mais en comité réduit, certains d’entre nous ayant choisis de regagner leurs pénates.
La visite de ce joyaux du moyen age, impeccablement restauré de cap en pied, fut très instructives sur mode de vie de leurs occupants, d’antan.
Au travers de vitrines d’expositions et de maquettes, on a pu admirer tout l’arsenal guerrier, et
apprécier l’ inventivité de ces hommes à créer des machines à s’étriper, s’entrelarder, et se fracasser le crâne, le seul but étant d’occire son ennemi.

STONER ET PEDROSA ? NON CHRISTIAN ET TILT'S













Vu les hallebardes ( liquides) qui tombaient, nous avons effectué la partie aérienne de la visite, casque sur la tête, à la façon des chevaliers qui hantaient les lieux quelques 6 siècles auparavant. Quelques spécimens de jets, modulables, et intégraux d’époque nous ont permis de mesurer l’évolution des techniques à travers les ages. Que de chemin parcouru depuis ces heaumes jusqu’au dernier Schubert bluetooth.

VUE DEPUIS LE CHATEAU ON DEVINE BEYNAC AU LOIN DERRIERE LE RIDEAU DE PLUIE












SOUS LE SOLEIL DES CATALOGUES TOURISTIQUES




A partir de ce moment là, plus aucune photos possibles, à moins d'avoir l'appareil photo étanche de Nicolas Hulot. Donc, il faudra faire avec.

En fin de soirée, nous avons repris la route en formant un long cortège qui s’est étiolé à Bergerac, après un dernier ravitaillement pour les machines, et un "ce n'est qu'un au revoir".

Retour en trombe (au propre comme au figuré) sur un tapis de flotte vers Marmande, dans le sillage de Claude. Non mais, la petite sœur aussi est capables de moyennes honorables (merci les Pilot Road 2 ), parce qu'à 120-140 dans les courbes détrempées de la RN 933...................

Voila, malgré la météo, et grâce à la gentillesse ambiante, il faisait très beau sous nos casques.

La pluie ayant joué les trouble fête, je dirai qu’ à vaincre sans peine, on triomphe sans gloire, ce qui sied mal à notre esprit chevaleresque.

Il fallait donc un peu de piquant à cette journée, et du piquant, il y en a eu, puisque j’ai franchi le portail de la maison, pneu AR à demi dégonflé.


Article suivant: Vis ma vie de ... scootériste
Article précedent: La SOLOGNOTE 2008

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami








A propos de cet article
Profil de tilt_sinfos Article de Tilt_s.
Certains rêvent leur vie, moi, je vis mes rêves.

N° Article : 442
Article lu 4617 fois.
Créé le 21-04-2008 à 21h57.
Modifié le 27-04-2008 à 22h17.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier
* Ma

Tous nos articles Tous les articles