Dossiers > Deauville 650

Souviens-toi : Honda NT650V Deauville

Dans son numéro de mars 2008, la revue belge MOTO & LOISIRS consacrait une page à la Deauville NT650V, ses qualités et ses défauts.
Si vous envisagez l'achat d'une Deauville première version, cet article vous intéressera certainement.

N'oubliez pas de consulter aussi les articles de TDI suivants sur le même sujet : Conseils pour l'achat en occasion et La Deauville dans la revue MOTO2

Depuis que je roule à nouveau en moto, j'achète régulièrement cette revue orientée GT, laquelle a publié récemment dans la rubrique "Souviens-toi" des articles sur la Ducati Monster, la VFR 800, la Hornet, etc.

Voici une synthèse de l'article sur la Honda NT650V Deauville.

Pour le journaliste, la NT650V représente un bon choix, pour qui cherche une moto utilitaire, fiable et confortable.

Bien qu'elle ne soit pas très performante, les amateurs apprécient cette approche posée et la possibilité de partir loin dans de très bonnes conditions de confort et de conduite.

Il rappelle également que la Deauville 650 est basée sur la Revere, qu'il qualifie de moto vaillante mais "aussi sexy qu'une Lada". Laissons-lui son opinion.

Le moteur de la Revere, réutilisé dans la Deauville, dispose d'une fiabilité légendaire et d'un châssis conforme à la destination de la nouvelle Honda. Un joli carénage, et adieu la Lada !

Le monobras de la Revere est remplacé par un bras oscillant avec cardan déjà employé sur le chopper VT 1100.

Au moment de sa sortie, le Deauville, montée à Barcelone, est vendue au prix compétitif de moins de 300.000 FB de l'époque (7.440 euros), tout en étant unique dans sa catégorie.

Il remarque également la présence de deux boites à gants et les valises latérales intégrées, malheureusement d'un volume assez faible (18 l. et 16 l.).

Le bon étagement des rapports de boîte et la souplesse du moteur V2 compensent partiellement son manque de fougue (56 ch. à 8.000 tr/m).

Cela dit. elle reste ce qu'il appelle "une vraie moto", agréable quoiqu'un peu lourde. La direction est précise et on se faufile sans problème dans les bouchons.

Il conseille également l'achat d'une bulle haute, la bulle basse d'origine créant des turbulences génantes au niveau de haut du corps.

Par contre, il ne tarit pas d'éloges sur la protection du bas du corps par le carénage d'origine, assurant même qu'une tenue d'esquimau est inutile par temps froid !

Les freins Brembo fournissent un très bon travail pour le niveau de performance de la machine. Tout à fait d'accord avec lui !

La Deauville n'a jamais prétendu être parfaite, écrit-il, mais elle peut être facilement améliorée en puisant dans les catalogues des accessoiristes. Il ne parle cependant pas du prix prohibitif de certains accessoires d'origine Honda.

L'auteur apprécie comme moi la position de conduite. Le triangle selle/pied/guidon détend la conduite et aide à bien supporter les distances.

Il aborde ensuite les améliorations apportées lors de la sortie de la deuxième version. Ces modifications répondaient surtout au reproche du manque de pêche du moteur.

Selon lui, si le nouveau modèle 700 semble financièrement inaccessible, voire inutile pour quelqu'un qui roule peu, l'achat d'une NT650V s'impose.

Cette moto sera rarement usée par un motard trop lourd du poignet, un fort kilométrage ne doit pas être craint, mais comme pour toute occasion, l'acheteur peut exiger un carnet d'entretien complet et vérifiable.

A condition de ne pas rechercher les performances à tout prix, la Honda NT650V est une agréable compagne de balade, idéale pour sinuer tranquillement à travers les hauteurs ardenaises ou au beau milieu des bouchons.

Vu sa large diffusion, il est possible d'en dénicher un très bon exemplaire à moins de 4.000 euros.

En conclusion, voici me semble-t-il une excellente synthèse de la Deauville première version, ses qualités et ses défauts.

Les anciens numéros du magazine MOTO & LOISIRS peuvent être commandés en ligne.





Discutons de cet article sur le forumEn discuter sur le Forum

Article suivant: DES MOTOS DE 1898 à NOS JOURS
Article précedent: Visite de l'usine Royal Enfield de Chennai (Inde du Sud)

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami



A propos de cet article
Profil de Cuistaxinfos Article de Cuistax.
Revenu à la moto après 30 ans d'abstinence, Belge et fier de l'être, barbu et un peu enveloppé ...
site web site web

N° Article : 432
Article lu 12797 fois.
Créé le 02-04-2008 à 15h41.
Modifié le 06-04-2008 à 12h28.

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Discutons de cet article sur le forum En discuter sur le Forum
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles