Dossiers > Zone libre

Notre périple en péninsule ibérique

Tout est parti d'une invitation à un mariage.

Notre ami portugais a eu une bonne idée de nous inviter au mariage de sa fille et au Portugal qui plus est ! Ce sera l'occasion de découvrir un pays que nous ne connaissons pas, pensons-nous. De plus, notre beau frère, portugais lui aussi, sera en vacances dans la même zone géographique et à la même période. Donc c'est décidé, au mois d'août direction le Portugal pour une semaine, puis traversée de l'Espagne d'ouest en est pour rejoindre notre lieu de villégiature habituel, GANDIA 70 km au sud de VALENCIA.

Ce périple nous le ferons en Deauville, cela va sans dire. Certes, notre expérience en matière de déplacement en moto est récente, mais les voyages ça nous connaît. Une bonne organisation dans le choix de l'itinéraire et de l'hébergement s'impose pour le bon déroulement du périple. Au PORTUGAL hébergement "chez l'habitant", quant au voyage aller,une première pause très conviviale chez des amis dans les DEUX-SEVRES et deux "arrêts-hotels" : BURGOS et TOLEDO.

Pour ce premier long voyage plusieurs problèmes se posent. Entre autres, comment gérer le choix du parcours, appréhender la conduite d'une moto chargée et donc bien plus lourde qu'à l'accoutumée, sans parler de la différence de température entre la FRANCE et l'ESPAGNE qui nous oblige à prévoir un blouson supplémentaire pour chacun. Et de surccroît, comment faire pour les vêtement du mariage ? En ce qui concerne ce dernier point, pas de panique, notre ami portugais s'en chargera. Reste donc le problème des blousons et en particulier du volume qu'ils représentent. La solution : investir dans un porte paquet à poser sur le top-case, on y mettra l'un des blousons, le deuxième ira dans la sacoche de réservoir. Il nous reste à disposition les deux sacoches des valises latérales, une pour chacun de nous et le top pour les choses communes. Ouf, Ca ira...

Mais, nous semble-t-il, un essai de conduite "en conditions" s'impose. En juin, lors d'une sortie entre amis nous chargeons au maximum la moto pour être en configuration "PORTUGAL". L'engin est lourd et c'est effectivement une expérience concluante tant pour la prise en main de la "machine chargée" que pour évaluer les précautions à prendre.

Quant au choix du parcours, il s'impose avec une logique implacable. Aucune étape en-dessous de 500 km, la plus longue étant de 670 km. Par conséquent c'est l'autoroute qui sera privilégiée, sur ce point-là le casse-tête est moindre.

Les mois, les jours passent. Avec quelque effervescence nous peaufinons notre projet : bagages, itinéraire, réservations d'hôtel, etc. Le jour tant attendu arrive enfin ! Le 10 août, top départ pour notre "premier grand voyage moto".

Première étape : BOISSY / MELLE. Jusqu'à BLOIS : temps pas génial, il pleut . Qu'à cela ne tienne, nous sommes guillerets puisque en Deauville sur la route des vacances, et que dans quelques kilomètres nous retrouverons nos copains des D.-S. pour une soirée chaleureuse. A TOURS : temps au beau fixe. Nous arrivons à MELLE , fief de Ségolène, vers 17 heures, sous le soleil ! Bilan de cette première étape : impeccable ! les sensations sont bonnes, c'est plus lourd mais la vitesse de croisière de 130/140 compteur est atteinte sans forcer. Il est vrai que cette portion d'autoroute nous la connaissons par coeur pour l'avoir parcourue maintes et maintes fois. Donc aucune surprise mis à part le monde sur la route, nous en sommes surpris ; le pire sera le lendemain...

Deuxième étape : MELLE / BURGOS. Nous quittons MELLE samedi vers 9h30 et rejoignons ST JEAN D'ANGELY et l'A10. En ce samedi matin l'autoroute est bondée, week-en du 15 août oblige. Des ralentissements jusqu'après la sortie de BORDEAUX, voilà notre matinée consommée et peu de route parcourue. Déjeuner et plein de la belle et nous voici repartis... La frontière arrive, l'Espagne est toute proche. Le décor change vite. Finies les landes et les grandes lignes droites, nous longeons l'océan vers BILBAO sur l'A8 : un enchaînement de grandes courbes, de montées et de descentes, c'est beau. Quel bonheur et quel régal pour le conducteur. A ce point du voyage tout est nouveau pour nous, route et paysages. Il est 17h30 et BURGOS nous tend les bras. Nous nous installons à l'hôtel 4 étoiles, s'il vous plait. Après cette première journée éprouvante nous ne regrettons pas le confort et les prestations de notre hôtel. Douche, promenade, visite à pied bien sûr et dîner en centre ville. Nous savourons la douceur de l'art de vivre à l'espagnole, nous profitons également au maximum d'une Espagne qui nous était inconnue, l'Espagne montagneuse du nord-ouest.

Cathédrale de Burgos Plaza mayor de Burgos











Troisième étape : BURGOS / TROFA (20 km au nord de PORTO). Nous quittons BURGOS vers 9 h , il fait vite chaud mais c'est supportable. Nous abandonnons l'autoroute à VALLADOLID pour prendre la RN jusqu'à BUENAFUENTE. Nous sommes sur un plateau à 750 m d'altitude, route droite et large, patelins très espacés, moyenne élevée. A partir de BUENAVENTE, nous reprenons de nouveau l'autoroute. Arrêt dans dans un village pour déjeuner, très tard. Nous nous mettons à l'heure espagnole sans difficultés. Par contre la sieste, autre habitude espagnole, est repoussée au lendemain ; il faut repartir. Nous approchons de la frontière et quittons l'autoroute pour une quinzaine de km de RN jusqu'au PORTUGAL. Là, de nouveau l'autoroute, l'A24 (ouvrage de l'entreprise de Pépito), puis l'A7. Alors là, surprise ! Sur 150 km pas un seul parking, pas d'arrêt possible. A 20 kms de TROFA notre destination enfin une station service, nous nous y arrêtons exténués. Nous repartons pour les 20 derniers km et la mission la plus délicate : trouver la résidence du beauf ! Et là, le Zumo 550 entre en action et nous mène au pied d'un immeuble. Lorsque la gentille voix annonce : "vous êtes arrivés, à droite" le beaufrère, au balcon du 2ème, nous fait un signe de bienvenue. Chapeau M. GARMIN. C'est dimanche soir, nous sommes heureux d'être arrivés à la première de nos trois étapes portugaises. Enfin deux jours de répit devant nous ! Quoi que, le rythme effréné des visites s'avérera aussi épuisant que les 1400 km avalés jusqu'ici. Mais pas de regret. PORTO, BRAGA, BARCELOS, les forêts d'eucalyptus, une végétation un tantinet exotique, une visite éclaire au bord de mer, autant de souvenirs que nous garderons en mémoire.



Mercredi 15 août transfert à QUERIGA,"le PORTUGAL profond" à 25 km au nord de VISEU. Nous en profitons pour faire la Vallée du DOURO, entre PORTO et LAMEGO, super. Malheureusement la pluie nous rejoint à LAMEGO. Nous passons un col sur l'A 24, la pluie cesse, tant mieux. L'arrivée à QUERIGA est cocasse : c'est le village du PORTUGAL qui compte le plus d'imigrants, de toutes parts des véhicules immatriculés en FRANCE, SUISSE et ALLEMAGNE. Un scénic taxi immatriculé 91 en vue, serait-ce la voiture notre hôte ? Nous interrogeons un gamin qui nous inqique en français le chemin à suivre. Nous ne sommes qu'à 150 m de notre destination. Encore une fois merci M. GARMIN !

Jeudi 16 août : le mariage ! Temps magnifique et journée exceptionnelle...

Samedi 18 août transfert à TEIXOSO à 5 kms au nord de COVILHA, chez une collègue parisienne... d'origine portugaise comme de bien entendu ! Depuis VISEU, nous prenons l'autoroute A25 pour rejoindre GUARDA. Bifurquer sur l'A4 qui descend sur LISBOA, et ça descend ! GUARDA est située à environ 1000 m d'altitude, après ça descend, ça descend...et dire que le lendemain il faudra remonter, monter, monter... Nous passons la soirée avec nos amis, spectacle de fado de nuit devant la chapelle, c'est typique et nous apprécions. Moments très conviviaux et forts agréables.



Spectacle de fado en plein air



Quatrième étape TEIXOSO / GANDIA.Dimanche 19 août. Départ vers GANDIA avec escale à TOLEDO. Donc A4 jusqu'à la frontière espagnole. L'ESPAGNE!!!! on se sent déjà un peu chez nous même si encore une fois c'est une découverte. Nous passons à proximité de SALAMANCA et de AVILA . Le paysage est aride de chez aride, de couleur uniforme, le jaune des blés coupés et le marron des montagnes pelées se confondent. Plus nous approchons de AVILA plus le marron des montagnes domine, aucune végétacion à l'horizon. C'est surprenant. Peu de vallées, l'altitude varie peu, c'est la plateau de la MANCHA qui commence. Enfin TOLEDO "la magnifique". La chaleur se fait d'un coup plus présente, tant qu'on roulait ça allait. Il faut traverser la ville pour rejoindre l'hôtel, on cuit : 40° à l'arrivée. Soirée à TOLEDO, super hôtel, visite à pied fort agréable, l'ancienne ville est superbe.On finit par le resto en terrasse, à l'heure espagnole (vers les 22 heures)



L Alcazar, ToledoPépito près d un inconnu ! ! !











Le lendemain départ vers 11 heures, on a traîné. Une fois de plus l'autoroute est priviligiée. Nous sommes au coeur de la MANCHA, nous verrons peu de moulins mais beaucoup d'éoliennes. Déjeuner à l'entrée d'ALBACETE, nous rencontrons un groupe de motards espagnols de retour de LEON (600km). Ils nous interrogent sur notre provenance tout en annonçant la leur. Lorsqu'on leur répond : FRANCIA, de PARIS, ils sont bouches bées !!! L'après midi c'est la descente vers la grande bleue, l'arrivée est accueillie comme un grand réconfort, surtout pour la passagère qui souffre d'une rage de dent.Cette maudite dent perturbera sérieusement le reste des vacances : écourtées, et retour en avion pour la passagère.

Dernière parcours "en séparé" départ le 28 août. Pour l'un GANDIA / MILLAS / BOISSY, pour l'autre GANDIA / ORLY. Donc le 28 août, levés très tôt, aéroport, séparation, la moto et son conducteur tracent la route jusqu'à MILLAS, 20 km à l'ouest de PERPIGNAN, domicile de la maman. Arrivée en début d'après midi (la passagère est déjà à PARIS, wouah !) Le lendemain retour sur BOISSY en passant par le viaduc de MILLAU, toujours l'entreprise de Monsieur, peu fier !!!

Pépito et Marie Stella



Mémo de Pépito

Les chiffres :

4420 km effectués

Conso moyenne calculée : 5,6 l (ordinateur de bord : 4,9 l)

Moyenne de roulage calculée par le GPS : 87.25 km/h

Soucis mécaniques : RAS, même pas d'ajout d'huile

Les plus : Voyage superbe, on en avait envie, on l'a fait. Suis content de moi car je n'ai pas fait de petite faute grossière qui aurait pu gâcher le périple



Carnet de voyage de la passagère et coups de coeur

BURGOS. Située sur la route de COMPESTELLE. Capitale européenne de la culture en 2016.

Sa cathédrale, vraiment magnifique à mes yeux. Son "paseo del espolon", le paseo à la fois lieu et moment incontournables dans l'art de vivre espagnol. Sa "Plaza Mayor" (qui m'a rappelé la place du Capitole à TOULOUSE) et sa rue San Lorenzo jalonnée de restaurants typiques, "bars à tapas" où nous avons dégusté quelques tapas accompagnées d'un verre de bon vin de la région dans une ambiance très animée. On y mange debout dans ces bars à tapas, pour les autochtones il s'agit peut-être seulement de l'apéro...

TOLEDO. Située à 70 km au sud de MADRID, la vieille ville est construite sur une colline entourée par le TAGE. Petite ville de l'odre de 60.000 habitants, mais superbe de beauté avec son ALCAZAR, sa muraille et les portes qui permettent l'accès à la ville, ses églises et cathédrales etc, le tout impeccablement entretenu.

La MANCHA. Je ne sais pourquoi je rêvais de voir "los molinos de la MANCHA" indissociables du mythique Don QUICHOTTE. C'est chose faite, j'en ai vu trois. De nos jours il y a beaucoup plus d'éoliennes que de moulins, c'est bien vrai.

Le funiculaire à l'ancienne de BRAGA. Le funiculaire plus moderne de PORTO. Etc, etc.

A tous nos hôtes. Un grand merci

Eddy et Brigitte. On savait bien que ce serait convivial et ce le fut. Un grand moment qui restera gravé dans ma mémoire celui du départ du matin du 11 lorsque tous deux munis d'une bassine d'eau, éponge et chiffons en mains, vous vous êtes affairés à laver le pare-brise de la Deauville et les visières de nos casques !Pas trace de ce moment "pittoresque"dans la boîte à images, je le couche donc sur ces quelques lignes.

José et Pilar. Nous leur devons la visite du PORTUGAL autour de PORTO. Superbe. Belle région le beauf. Et le bacalao à la braza super bon. Et le vino verde aussi. Pas bon pour la ligne tout ça !

La famille TEXEIRA et leurs enfants (dont la mariée). Encore des moments inoubliables de convivialité, des rencontres chaleureuses et un beau mariage. Super sympa tous ces chants portugais. Même la grand-mère de 82 ans a poussé la chansonnette, et quelle chansonnette ! Je ne comprenais rien, mais j'ai adoré. Super ambiance.

Et enfin ma collègue Marie et ses parents pour leur accueil fort sympathique et la soirée Fado.

Quelques impressions de passagère : selle au gel fort appréciée pendant ce long voyage. Le blouson d'été pas mal non plus, même si l'air qui passe est chaud ça rafraîchit tout de même. Par contre mauvaise note pour l'intercom blue tooth ( TG Scala ) pas évident sur autoroute, donc pas moyen de casser les oreilles de mon conducteur de mari.

Marie-stella






Article suivant: Quels pneus chez les TDIstes ?
Article précedent: Voyage en Corse

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami
Lien commercial --








A propos de cet article
Profil de pitoinfos Article de Pito.
travaillant dans le BTP, je suis fier d'avoir participé à la construction du viaduc de Millau. Motard sur le tard, mais ça me trottait dans la tête depuis logtemps.

N° Article : 306
Article lu 5116 fois.
Créé le 25-09-2007 à 20h57.
Modifié le 31-01-2008 à 23h02.

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles