Dossiers > Deauville 650

Essai de la honda Deauville

L'auteur de ce site vous livre ici ses impressions sur sa 5ème moto.

La précédente était une Honda Transalp 600, excellente machine que j'aurais pu conserver, mais les frais de remplacement des pièces d'usure (60.000km), pneus, transmission, échappement, embrayage, face à une cote faiblarde (1989) m'ont poussé au changement (je ne dis pas que je n'y reviendrais pas...)

Honda Deauville Je voulais à l'époque acheter une Revere, mais trop cotée, je m'étais rabattu sur la Transalp dont le moteur était proche, bien que pourfendeur de trail.
En fait la transalp est une machine très polyvalente ville-route-autoroute, pêchue, marrante, pratique et fiable, juste un peu légère en freinage. Je me demande si je n'aurais pas du la garder...

Revenons à la Deauville : Difficile à trouver à Rennes, en occasion, j'ai sauté sur un modèle 2002 de 15.000 km, avec bulle haute Honda, bas de carénage.


Comment définir une Deauville ? Petite Goldwin, Pan European ou Pacific Coast (PC800), ou même petite BMW 1150 RT ?

Rien de tout cela, elle est une catégorie à part, la GT urbaine ! La seule évolution notable des Deauville depuis leur sortie en 1999 est l'arrivée du freinage couplé "cbs" en 2002 (grosse évolution avec la Deauville 700: cylindrée 680cc, injection, carénage entièrement nouveau, ABS en option).

CBS (Combined Brake System) : L'appui sur la pédale de frein agit sur le frein arrière, normal, mais aussi sur un des 6 pistons du frein avant.
Cela permet de ralentir plus efficacement qu'avec le seul frein arrière, en conservant une meilleure répartition des masses. La Deauville freine très bien.

A part cela, un modèle 99 offre les mêmes prestations qu'un de 2004, d'autant que la machine est capable d'atteindre des kilométrages
élevés. Héritant du moteur et du cadre de la NTV/Revere 650 des coursiers parisiens, on a assez de recul pour savoir que ce moteur peut atteindre 200.000 km, sans requérir un entretien poussé. Un cardan complète l'ensemble, ne demandant qu'une petite vidange tous les 36.000 km.

En s'habillant, la NTV 650 (c'est aussi le nom de la Deauville), a pris une quarantaine de kg. Cela se ressent bien sûr dans les manoeuvres "au sol", mais la maniabilité de cette machine s'exprime dès le première enclenchée. Le comportement reste sain en toutes circonstances, et la moto facile, tant en ville qu'à vive allure sur autoroute. Sans être puissante ni rapide, elle peut soutenir des moyennes élevés sur de longs trajets, là où les sportives auront abandonnés passé les 30 premiers kilomètres de parade. Le 650cc bicylindre en V, à refroidissement liquide, qui fait merveille sur la nouvelle Transalp, et me satisfaisant sur l'ancienne, est ici un peu à la peine dès que je le pousse un peu. Je retrouve la pèche de ma vielle Transalp quand je roulais en duo ! Cela dit, en roulant sur le couple, c'est à dire sous les 3500/4000 tours, elle répond parfaitement et m'apporte la dose de plaisir recherchée.

La protection n'est pas à la hauteur: d'origine, rien pour les chevilles et les pieds, et même avec le bas de carénage, les chaussures seront mouillées.

On roule sans effort, mais la protection eut pu être meilleure. Pour la bulle, il faut encore recourir aux options. Ma bulle haute m'oblige à me tasser un peu pour éviter que le haut du casque soit dans le vent (je fais 1.80m).
Le guidon: bien qu'incliné au maximum, m'oblige à me tenir bras tendus pour avoir le dos vertical. Manquent 2 cm en arrière.

Au niveau amortissement, le seul réglage se fait sur la pré-contrainte du mono-amortisseur arrière, avec précision. Bien réglée, la moto est très confortable.

Le carénage, les valises... Les valises en question, superbement intégrées, et n'élargissant pas la moto, mais incapables d'accueillir le moindre casque, même un demi-jet ! Il faut remplacer les couvercles par de plus larges, en option (340 euros) pour loger bagages ou casques, mais au détriment de la largeur.

L'idéal aurait été un coffre façon PC800, mais Honda reste traumatisé par l'échec de cette moto, à tort. Pourtant, une PC800 ne fait que 2 cm de largeur de plus que la Deauv'2002 équipé de valises larges. Dommage. Le coffre des Pc800 est une invention géniale.

Rangements: On l'a compris, le top-case est indispensable pour loger bagages et casque. Les valises accueilleront donc le U et petites fournitures (chiffon, kit réparation tubeless, combi pluie...). La manipulation de la selle, pénible, dissuade d'y loger le U. Et si je veux accèder à batterie, j'enlève le top case pour pouvoir retirer la selle.

Consommation: en mêlant trajets urbains et routiers, je passe en réserve à 300 km. Me restent alors 3.5 litres sur 19. Conso: 5,2 L/100.
A la prochaine vidange, je mettrais du Mecacyl (voir essai sur Ciao) dans l'huile moteur, et un peu dans le cardan.

Assurance: 101 euros en responsabilité civile, coeff 0.53, à Rennes (Macif).
Le même prix que pour la Transalp. Enfin, vous trouverez sur le site deauville.ntv650.free.fr les caractéristiques, mais aussi tous conseils pour choisir une occasion.


Article suivant: Rédaction des articles : explications
Article précedent: Deauville meets Deauville 2005, quelques photos

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami



A propos de cet article
Profil de Charlyinfos Article de Charly.
Informaticien-chauffagiste, administrateur et technicien de ce site..
site web site web

N° Article : 27
Article lu 19650 fois.
Créé le 20-08-2005 à 00h00.
Modifié le 01-02-2008 à 21h52.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles