Dossiers > Sorties et rencontres

SORTIE A CHANTILLY DU 22/04/07

les TDistes à Chantilly le 22/04/07 Songe d’une belle journée d’avril.



- Bruno !
- Quoi ??
- C’est l’heure !
- … Hein ? …
- C’est l’heure !!!!!
- …. Mais l’heure de quoi ?????

Je jette un coup d’œil rapide sur l’horloge murale et après un retournement latéral digne d’un sportif sur circuit je vérifie le réveil du chevet : 07H15 !!!!

Confirmation, nous sommes à la bourre !!!

Aujourd’hui, c’est chaud et ce n’est pas la météo prévue qui me contrariera.



En effet, après plus de 7 ans de jeun, je repars à nouveau pour une ballade dominicale en moto. J’en tremble d’avance et l’excitation me sort du lit plus vite qu’un ado. prêt à rejoindre son premier amour.

Et pour ma compagne c’est carrément son baptême !!!

Il y a encore 6 mois, le simple fait de parler moto lui aurait provoqué une crise d’urticaire voir un œdème de Quincke ! Mais à force de remettre la discussion sur le tapis (vous voyez ce que je veux dire messieurs …), la cause a fini par être entendue et l’achat d’une superbe Deauville a fini de détendre l’atmosphère !



Alors, aujourd’hui Dimanche 22/04/07 est un grand jour !



Non pas parce qu’il faille remplir son droit civique le plus important qui est celui de voter pour élire celui ou celle qui mènera la France par le bout du nez, mais parce que pendant plus de 10 heures je serais en compagnie de mes deux belles et, qui plus est, dans un cadre magnifique, celui de la Picardie et de ses châteaux.



A nous Chantilly, Pierrefonds, Compiègne, … A moi ma Deauville et ma Christine !!!



07H30 : rasé, lavé, coiffé, dents-brossées, je saute sur mon destrier pour rejoindre la queue des bons citoyens de Seine et Marne et remplir l’urne de mon indispensable voix.

A voté !



08H00 : retour au domicile ou je retrouve ma moitié en pleine séance de maquillage.



« Tu comprends, on est déjà pas terrible avec ces vêtements tout serrés, ce casque qui vous détruit la tignasse, ces gants qui vous tannent la peau et ces bottes qui vous font ressembler à Lucky Luke, alors pour le reste il faut que je sois au TOP !! » me dit elle avec son grand sourire charmeur.

C’est vrai.

Tout est vrai.

Mais qu’est ce que c’est bon de savoir que dans 5 minutes tout sera oublié !!



08H30 : check-list pour la moto, check-list pour l’équipement, check-list pour le pique-nique, mise en route de l’intercom … décollage immédiat !

Nous sommes en partance pour le château de Chantilly ou plus de 17 motards TDistes se sont donnés rendez-vous pour une journée sous le signe de la confraternité, de la bonne humeur … et de la chaleur.



15 minutes plus tard, nous nous retrouvons sur les axes autoroutiers de notre merveilleuse Ile de France ou seule la basse vitesse liée au rodage de ma belle Honda ralentit ce magnifique début de matinée.

Les kilomètres défilent sous nos roues en passant par l’A4 puis la Francilienne, l’A16, la N17 et enfin les petites routes de la D924a où nous rentrons enfin dans les rafraichissants décors champêtres de la forêt de Chantilly.

Après le béton, les immeubles et la grisaille, la campagne, les pavés, les chemins, les couleurs inhabituelles des paysages, les sons animaliers, l’air frais et les parfums nous rappellent que nous sommes des enfants de la nature faite par elle et pour elle. Tout un poème !

A l’approche du dernier tronçon et de l’entrée du château, nous apercevons au loin un rassemblement qui tend à faire battre mon cœur. Ca y est ! Je suis revenu parmi le monde des motards. Cette passion pour la moto qui nous lie et dont ces balades renforcent la complicité me revient en pleine figure. L’excitation se mêle à l’angoisse d’être à la hauteur parmi tous ces « vieux de la vieille ». Tous ces motards aguerris, ces bikers de la première heure me semblent presque intouchables et c’est à cet instant que je regrette d’avoir perdu toutes ces années au volant de ma voiture.

Nous posons enfin le pied au sol après avoir délicatement stoppé la machine prés de ses sœurs. L’alignement presque parfait de toutes ces Deauville me prouve à quel point le motard est respectueux de l’environnement et de l’image qu’il véhicule. Au grand dame de certains détracteurs (ils se reconnaitront) incapable de se garer en épi ou de faire un créneau dans une place d’autobus (petit coup de gueule, mais ça va me passer !).

Casques et gants rangés dans la luxueuse bagagerie de la moto, nous nous approchons timidement de la concentration pour faire connaissance avec ces jeunes TDistes.

Je dis jeune car leurs sourires et leurs éclats de rire perceptibles à notre distance les rendent semblables à une bande d’adolescents.

Nous mettons enfin des visages sur des noms ou des pseudos cachés derrière les avatars du site web.

Manu1968, Pierre02, Pito, Léo, Fabrice94, Domingo, Deauville10, Curly77 et sa famille, Claudius Antiguus et son autruchon, stef91, et bien d’autres … … … … la tête m’en tourne tant les poignées de main et les bises se succèdent à un rythme effréné. Les épouses sont aussi de la partie et semblent tout aussi motivées que leur motard de mari à profiter de ce très beau dimanche d’Avril.

Premières rencontres et première photo d’une longue série afin d’immortaliser l’instant.


CHEESE !!! Tout le monde en position derrière nos fidèles montures, un grand sourire, CHEESE !!!

11H00 : après de longues décisions, le parcours est finalisé par nos organisateurs et la balade peut enfin commencer.

Bien sagement et avec le respect qui semble caractériser les TDistes, chaque motard emboite le pas de son prédécesseur sans vrombissement étourdissant ni vacarme : dame nature nous surveille et nous entend !

Pause pipi !!!

Après quelque km au pas et en file indienne, premier plein à Senlis et premier pipi pour ces demoiselles !

10 minutes d’arrêt et nous voila repartis en direction de Pierrefonds.

Pause pipi !!!


La ballade commence enfin. plan de la région



Nous débutons la traversée de la forêt de Compiègne de Lacroix Saint Ouen en direction de l’étang et la maison forestière de Sainte Perrine.

Pour information, le petit village de Lacroix Saint Ouen tient son nom du roi Dagobert qui, chassant avec sa cour découvrit une croix lumineuse dessinée au sol. Aussitôt ce dernier ordonna la construction d’une basilique de Sainte Croix puis, quelques années plus tard, le ministre Ouen fit défricher cette partie de la forêt et l’abbaye prit le nom de LA CROIX ST OUEN.

Loin de ces considérations historiques, nous profitons d’un parcours magnifique, rempli de routes viroleuses à souhait, le tout dans un cadre bucolique sous le soleil de midi. La vision de cette file de Deauville en quinconce est un enchantement. A une vitesse de croisière de 80- 90 km/h, respect du code oblige, visière ouverte, grâce à la bulle haute de ma belle, tous mes sens sont en éveil ! Même mon intercom demeure silencieux, preuve s’il en est que ma passagère reste muette devant ce spectacle.

Arrivés prés de l’étang de Sainte Perrine, nous bifurquons en direction de Saint Jean aux Bois.

Ce village que nous traversons est situé en plein cœur de la forêt. Encore une fois, c’est autour de son abbaye que se développa ce petit havre de paix. La communauté des religieuses bénédictines fut au commencement de l’histoire de Saint Jean aux Bois et on peut encore admirer son église, témoignage des tout premiers balbutiements du étang de Ste Perrinegothique. Ses feux de la Saint Jean en plein air sont réputés dans la région et déplacent une foule importante de touristes. Ce n’est pas le chêne de Saint Jean, d’une circonférence de 8 mètre prés du sol et âgé de plus de 750 ans, qui me contredira !

Encore quelques virages bien négociés et nous pénétrons au sein de ce qui fut la demeure de puissants seigneurs : Pierrefonds.

Première pause sur la place, prés du chalet du lac. Le château, magnifique édifice restauré courant XIXème, souvenir de la période romantique, nous surplombe et transporte notre imaginaire à une époque ou Pierrefonds n’était qu’une immense forteresse.

Chateau de PierrefondsUn TDiste, parti en reconnaissance pour déterminer le lieu du pique-nique, revient pour nous guider à l’intérieur du parc du château. Nous sommes tolérés pendant la pause déjeuner, ce qui bien sur nous ravit et permet de stationner nos montures. arrêt à pierrefonds

La fraicheur, le calme et le silence qui règnent dans ce lieu isolé de la vie urbaine nous permettent de reprendre des forces et de nous reposer quelques instants. Chacun y va de son sandwich-salade-chips-œuf-jambon-tomate préparé sur le pouce et la proximité nous permet de faire plus ample connaissance avec ces motards de tous âges et tous horizons.aire de repos de Pierrefonds

Certains se connaissent déjà par l’intermédiaire de précédentes balades ou concentrations à l’initiative de TDistes. D’autres se découvrent pour la première fois après avoir conversé maintes fois au travers de divers forums sur le site web. Mais tous semblent ravis d’être réunis autour d’une même passion : la moto. Il y aurait tant de choses à dire sur les rapports humains nés d’une passion qu’un article de 100 pages ne suffirait pas à en dévoiler le sommaire ! Les TDistes présents ce dimanche savent de quoi je veux parler.

pic-nic à pierrefonds



14H00 : fin du repas et nouveau départ pour une après-midi ensoleillée en grande discussion entre TDistedirection du point de vue panoramique des Beaux Monts.



Après une sortie de Pierrefonds au ralentie due à une circulation plus dense, nous rejoignons les petites routes de la forêt de Compiègne. Nous atteignons rapidement les étangs de Saint Pierre creusés au 16ème siècle par des moines célestins de Saint Pierre en Chastres. Pour info, il y eu autrefois jusqu’à sept étangs (spécialement utiles pour la production de poissons) alors qu’aujourd’hui, on en compte seulement trois. Ces trois pièces d’eau, appartenant à l’O.N.F., sont à présent uniquement réservées à la pêche à la ligne ou au lancer.

A 5 km de Pierrefonds, nous traversons le petit village de Vieux Moulin, grandement voué au cheval et dotée d'une petite église intéressante puis le hameau de Vivier Frères-Robert, agglomération typique de la région de Compiègne. Forêt de Compiègne

S’ensuit un passage remarquable le long d’une route forestière entièrement pavée en plein cœur de la forêt de Compiègne. Chênes, hêtres, merisiers et autres cèdres nous surplombent, tamisant de mille rayons lumineux les sous-bois qui nous entourent. La fraicheur qui manquait à cette très belle ballade est enfin au rendez-vous et vient grandir le plaisir que nous apporte ce merveilleux moment (un peu de poésie dans un monde de brutes …). Plusieurs virages se succèdent et nous conduisent à la sortie de ce merveilleux endroit qui coïncide avec le panoramique des Beaux monts.

Nous stationnons à nouveau nos belles asiatiques sous un soleil de plomb et dans un alignement dont seuls les TDistes ont le secret ! De cette place la vue est magnifique sur le château et la ville de Compiègne. Sur les pentes de cette colline on peut admirer des chênes gigantesques. Il y a d'autres Stationnement au Panoramique des Beaux Montsarbres remarquables, dont le cèdre Marie-Louise, le chêne de l'Entente, le chêne Couttolenc, le hêtre Pyramidal. Ce sont aussi des belles futaies de hêtres et de chênes qu'il nous est possible de contempler dans ce secteur. Entre ces arbres, on peut observer une immense allée de plus de 4 kilomètres de long qui rejoint le château de Compiègne. Selon les récits historiques, cette voie avait pour but de recréer la perspective du château de Schönbrunn en Autriche car l'Impératrice Marie-Louise était nostalgique et regrettait, dit-on, ses terres natales.

Après un mitraillage photographique en règle de nos motos dans ce somptueux cadre champêtre, nous rejoignons de nouveau le chemin forestier, en descente cette fois, pour terminer notre parcours sur le château de Compiègne et l’entrée du parc.Elle est pas belle la vie ...

A notre arrivée sur le château, nous découvrons avec surprise une exposition de voitures anciennes ou se mêlent décapotables et autres sportives d’une époque lointaine.

Pour certains, la ballade se termine ici, pour d’autres un repos bien mérité dans le parc semble plus propice avant la séparation du groupe et le retour au sweet home.

17h00 : nous sommes sur la route de Seine et Marne en empruntant cette fois les petites départementales relayant Compiègne à Crepy en Valois puis Betz, Acy en Multien, Puisieux et enfin Meaux. Nous traversons paisiblement les immenses étendues briardes, la tête pleine de Châteaux, forêts et autres sous-Chateau de Compiègne (Facade)bois qui ont marqué notre journée.

Pour un retour au pays des motards, le premier essai est transformé ! Malgré des lombaires fatiguées, le plaisir procuré par cette balade pèse bien plus lourd dans la balance que tous les petits bobos qui peuvent en découler. Même ma chérie en redemande et c’est d’un air triste que nous nous répondons à l’unisson : à quand la prochaine ?

A bientôt sur les routes !!!



…….et bonne nuit à tous pleins d’anges à moto ….



- Bruno !

- Hein, quoi ?

- C’est l’heure !!!

- Mais …, l’heure de qu… ???!!!!!?????..................



……………et si j’avais rêvé ????




Article suivant: Dullin - Gerzat par les départementales
Article précedent: 17 motards heureux dans le temple de l'automobile : Loheac 2007

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami








A propos de cet article
Profil de mobinfos Article de Mob.
je pratique la moto depuis 1994 et je suis pass? par plusieurs machines du trail KLR 650 au bandit 1200 en passant par une FZR 750 et un petit virago 535.

N° Article : 260
Article lu 4923 fois.
Créé le 09-05-2007 à 15h52.
Modifié le 01-02-2008 à 11h53.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier
* Ma

Tous nos articles Tous les articles