Dossiers > Mécanique

Démontage de la roue arrière de la 650 Deauville

J'ai décidé pour économiser sur la main d'oeuvre lors du changement de pneu, de démonter ma roue arrière moi même. L'opération ne représente pas une difficulté insurmontable, et est à la portée de tous moyennant quelques précautions.Il faut au préalable se munir d'une cale que l'on pourra glisser sous le pont une fois la roue enlevée (j'ai utilisé une buche qui m'avait servi pour tenir le sapin de noel), ainsi que d'un seau d'une trentaine de cm de haut pour poser l'étrier de frein une fois sorti, et éviter de le laisser pendre par le flexible compte tenu de son poids. On peut également le suspendre par l'intérieur en prévoyant un crochet.1ère étape : Démontage de la bavette arrière. Il faut enlever les vis qui fixent la bavette aux côtés internes des valises (3 vis de chaque côté), puis les 2 vis en haut de la bavette, au niveau de l'éclairage de la plaque. Temps 3 minutes, à l'aide d'un tournevis cruciforme.2ème étape : Désacoupler l'étrier de frein et le bras oscillant.Je conseille de placer une cale sous la roue arrière pour éviter le balancement de la machine lorsqu'on va commencer à déserrer les diverses vis, parce que l'effort que cela entraine génère une poussée vers le bas, et donc la moto gigote sur la béquille centrale.La vis à droite sur la photo retient l'étrier au bras, et doit être enlevée (clé de 14). 3ème étape : Déserrer l'écrou de l'axe de roue, sortir l'axe.C'est la partie peut être la plus pénible, parce que l'écrou est généralement bien serré. Je l'ai dévissé au moyen d'une grosse clé à molette, n'ayant pas la dimension en clé à pipe. Il faut un peu s'arc bouter, d'où l'intérêt de caler la roue avant pour limiter la gigue du bestiau sur sa centrale ! La vis indiquée par la flèche bleue est celle que l'on vient d'enlever sur l'étrier. Celle en vert marque l'axe de roue, la plus difficile à débloquer, après cela va tout seul. La vis représentée par la flèche rouge est à sortir en dernier, car c'est elle qui solidarise l'axe de roue au bras oscillant (clé de 12). Enfin la flèche rose indique l'entretoise qui sépare l'étrier de la roue. Lorsque l'on sortira l'axe, il faudra veiller à récupérer cette pièce avant d'enlever la roue, pour ne pas prendre le risque de l'égarer après.Lorsque toutes les vis et écrous sont sortis (rassemblez les dans un même récipient au fur et à mesure), il faut procéder à l'extraction de l'axe de roue. Le mieux est de se munir d'une cale, pour ne pas taper directement sur la tête de l'axe avec le marteau. J'ai posé le manche de ma clé à molette sur l'axe, puis tapoté pour le "réveiller" et le faire bouger. Ensuite on le pousse jusqu'à ce qu'il soit au ras du bras oscillant, et on le pousse à l'intérieur avec un chasse goupille, ou un gros tournevis, toujours en tapotant tranquillement. Quand il est suffisamment sorti sur le côté gauche du pont, on peut même tirer à la main pour continuer à le sortir, jusqu'à libérer l'étrier de frein, puis la roue. Je n'ai pas sorti l'axe en entier, et l'ai laissé en place (on le voit à gauche du pont sur la photo).Il faut faire attention à l'étrier, et le dégager du disque. On peut le positionner un peu en hauteur pour ne pas qu'il gêne la sortie de la roue. Il suffit alors de dégager la roue de son pignon dentelé en la tirant vers la droite de la moto, et elle se désacouple toute seule. Elle sort ensuite par l'arrière (c'est pour cela qu'on enlève la bavette). J'ai alors posé l'étrier sur le seau rapproché au préalable pour ne pas tirer sur le flexible, et mis une cale sous le pont. Normalement, il y a peu de risques de basculement, mais il suffit d'un gamin qui vient sauter en selle ! Un coup d'oeil aux plaquettes de frein pour vérifier l'état, un coup de WD40 sur les pistons pour les lubrifier, et on les repousse dans le corps d'étrier pour écarter les plaquettes et faciliter le remontage. J'en profite pour un petit nettoyage de l'intérieur de la roue, avec l'aide de l'aspirateur pour les poussières et le WD40 pour la graisse. Autant apporter une roue propre au mécano !4ème Etape : la plus facile et la plus douloureuse, à savoir laisser le mécano changer le pneu en échange de quelques euros ...Suite et fin : la préparation et le remontage. Avant de remonter, je procède à un petit "peeling" comme diraient Mesdames, pour gommer les petits picots du beau gommard tout neuf ! En plus cela permet de le rayer un petit peu, pour qu'il ne soit pas trop ciré, mais il ne s'agit pas de l'user à la rape pour le faire ressembler à l'ancien.Et un coup de graisse neuve sur le pignon d'entraînement de la roue ! Et on prend les étapes à l'envers. J'ai replacé l'étrier à l'intérieur du cadre. C'est assez délicat, il ne faut pas qu'il gêne l'entrée de la roue, je l'ai placé en avant, au dessus du bras, le plus haut possible.Il faut soulever la roue, la placer sur le pignon, et tourner légèrement pour faire coincider les dents et les cannelures, et l'ajustement se fait sans soucis. Il faut alors bien pousser la roue vers la gauche de la moto, dans son logement. Ensuite, pousser l'axe de roue vers la droite avec la main gauche pendant que l'on fait osciller la roue de droite à gauche avec la main droite (ça va vous suivez ?). Quand l'axe dépasse légerement de la roue, il faut replacer l'entretoise, puis placer l'étrier. Pour cela, insérer ce dernier par le haut, en replaçant les plaquettes de part et d'autre du disque. L'axe de roue sera alors poussé à fond pour emprisonner l'étrier entre la roue et le bras oscillant.Au final cela donne : ''Une fois l'axe en place, commencer par serrer l'écrou qui maintiendra celui ci en place. Ensuite la vis qui enserre l'axe dans le bras oscillant. Puis replacer la vis qui solidarise l'étrier au bras, faute de quoi vous risquez de voir l'étrier se faire un tantinet balladeur ! Surtout, ne pas oublier de bien lubrifier cette pièce (graisse graphitée, graisse molybdène par exemple) car elle est particulièrement exposée aux projections et aurait tendance à s'oxyder et gripper (constaté par d'autres utilisateurs comme Ptilou et Pan Agile).Puisqu'on a repoussé les pistons dans l'étrier, ne pas oublier d'actionner la pédale plusieurs fois pour repositionner les plaquettes. Sinon le premier freinage au coin de la rue risque d'être rock'n roll.Et enfin on replace la bavette, avec toutes ses petites vis. Comme on a bien bossé, on a le droit d'aller s'en jeter un petit, parce qu'on est bien content.




Article suivant: 17 motards heureux dans le temple de l'automobile : Loheac 2007
Article précedent: Trousse médicale moto

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami




A propos de cet article
Profil de Papaoursinfos Article de Papaours.


N° Article : 247
Article lu 15588 fois.
Créé le 04-04-2007 à 22h36.
Modifié le 01-02-2008 à 11h58.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles