Dossiers > Récits de voyage

Deauville à Séville

Permis en poche en 2003, précédé d'une expérience en honda CM 125 (10 000km), j'ai vraiment commencé la moto avec un VZ 800 suzuki (20 000km dont un tour de corse), je chevauche actuellement une deauville 99 depuis 2 ans (30 000km parcourus) dont un voyage en Espagne que je vais vous conter maintenant :
L'idée d'offrir un voyage à mon amie me trottait dans la tête depuis un moment, nous décidons ensemble de partir en Espagne mais en deauville. Elle est alors équipée de couvercles larges (la deauville), d'un top-case, d'une sacoche réservoir , d'une bulle ermax et des protèges mains et pieds.moto tout équipée et chargée
Nous avons des affaires personnelles pour 15 jours et le necessaire pour le camping, car budget limité. Cela comprend une tente T2 +, 2 sacs de couchage, 2 petits tapis de sol auto-gonflants et... et... 2 chaises pliantes SVP , et oui, 15 jours de camping d'accord mais avec du confort, par contre, la popote restera à la maison, faut pas pousser, la deauville reste une moto.
Le départ est fixé pour le 1er septembre 2006, nous partons en début d'après-midi, le matin nous étions encore à régler des détails. Et voilà quelques 700 km qui nous attendent pour la première étape : MADRID.
Conduite de nuit appréciable à l'approche de la capitale espagnole, température idéale, éclairage pleins phares top, peu de monde mais tout de même exténués. Nous trouvons finalement notre hôtel aux environs de minuit et demi : un gros dodo s'impose. le lendemain rebelotte mais cette fois direction ALMERIA (environ 600km) nous voulions un camping les pieds dans l'eau, la tente sera à 50 m de la mer, le pied après tout ça.
petit bilan de l'aller : l'essence (à peine 1 euros) + la conso modeste a soulagé le budget, par contre les péages autoroutiés sont les mêmes qu'en voiture. Allez leur expliquer ; pour eux moto = voiture... Enfin bref, la deuxième étape s'est faite avec la canicule et le rythme s'est accéléré pour s'adapter au flot d'ailleurs très fluide avec des pointes à 180, nous voyions de nombreuses voitures arrivée  au camping à Almériaarrêtées capots ouverts (certaines sans doute en panne) et je me disais, rassuré, je suis sur une deauville avec un moteur increvable et en plus un refroidissement liquide alors... Vers la fin nous faisions des arrêts tous les 100km pour faire le plein... d'eau, mon amie n'en pouvait plus, elle a été récompensée à l'arrivée, 3 jours de douceurs de vie, baignades, ballades à pieds... repos quoi !
Je vais survoler rapidement le côté touristique pour rester sur notre sujet la deauville. Après ces trois Alcazar de Sévillejours, direction GRENADE avec l'inoubliable Alhambra et son quartier l'Albaicin pour finir avec une ballade dans les villages Alpurrajas (pampaneira magnifique). JEREZ de la frontera avec ses fêtes locales, CADIZ, et biensûr SEVILLE avec sa cathédrale, l'inoubliable Alcazar (visité by night), la plaza de toros et les ruelles typiques del barrio Santa Cruz. Nous étions dans un camping super avec une piscine de palace (d'ailleurs tous les campings choisis par ma douce étaient avec piscine, en tant que motards cela était indispensable et à peine 20 euros la nuit). non trouvé non trouvé non trouvé













non trouvéLe retour s'est fait par : SEVILLE-SALAMANCA-BAYONNE-BORDEAUX et cela a été un véritable calvaire à partir de Salamanque, aussi bien pour le pilote que pour le passager, primo le casque de mon amie tombe par terre à la station, et là plus de visière donc ça sera les lunettes de soleil , encore faut-il qu'il y en ai du soleil, rien de tout cela, non, ce sera la tempête, du vent violent, pluie diluvienne, froid, tout ce qui fait plaisir au motard de plus sans la combie donc trempés, petite récompense, à la frontière clopes pour les voisins et la bouteille de Ricard mise soigneusement dans la sacoche réservoir.Un moment, je me suis dis que nous devions avoir un sacré karma.
BILAN GENERAL (vue deauviliste)
- Pour la découverte, surtout à Grenade, Séville et Cadiz, se garer en plein centre à côté des sites à visiter c'est comme se garer chez soi, pour ça la moto est irremplaçable.
- 2 chutes... à l'arrêt :
- La première, à la sortie d'un parking enfin si on peut dire (à las alpurrajas, très montagneux), en pleine côte en virage au milieu de la route dans un des villages, tout seul sur la moto. Résultat : moto couchée, deux espagnols très sympathiques sont venus me donner la main. Bilan sur la deauville, petite égratignure à peine visible sur un des couvercle large, sinon nous sommes repartis comme l'an 2006.
non trouvé - La seconde, la veille du départ, au camping, mais là personne sur la moto, nous étions tous les deux dans un sommeil profond, la pluie ramollissant le sol, la béquille s'est enfoncée dans le sol donc "bang" et la moto a dormie couchée toute la nuit, le lendemain surprise, mais un petit essai avant le départ me rappelera que ce n'est pas ça qui va arrêter une deauville.
- LES MOINS : Nous avons parcourus environs 3400 km en 15 jours, et pour ça, il faut être en bonne condition physique pour supporter le vent avec la bulle ermax (maintenant nous venons de faire l'aquisition de la bulle honda touring qui nous donne satisfaction (voir les commentaires sur le forum, ils sont très judicieux), les vibrations aux mains atténuées légèrement avec les poignées papillons mais ce n'est pas le top pour ce genre de moto (la course de la poignée accélérateur est trop longue), et aux pieds sur long parcours cela devient désagréable.
Centre ville de Séville - LES PLUS : Qu'il est agréable de partir en vacances avec une moto fiable, qui démarre quoi qu'il arrive, qui freine les ardeurs grâce à son caractère calme, de prendre plaisir à enrouler sur le couple sans que ça troue le porte monnaie, en ballade et en centre ville c'est là qu'elle est la meilleure, idéale pour visiter. En fait plus on roule plus on s'y attache. Et quand elle tombe (à l'arrêt ou presque) elle se relève pour vous enmener où vous voulez sans passer chez le mécano. Traverser des villages typiques à l'heure de la sieste sans réveiller personne, ça, la deauville sait bien le faire. Faire demi tour dans une rue étoite c'est tout à fait possible avec de l'habitude. Un casque dans chaque couvercle, les blousons et autres dans le top case lors des visites et vous voilà libres.
- Les espagnols dans l'ensemble roulent vite mais bien, nous nous sentions parfois plus en sécurité qu'en France ( nous avons moins croisé de frapadingues) est-ce la période de septembre avec moins de monde? mais lors de notre retour, nous avons sentis la différence passé la frontière. Avant la vitesse il y a peut-être le respect des autres usagers.
- Peu de motards voyageurs croisés, si, à l'allée nous avons fait un brin de chemin avec une Goldwing, pas de deauvilles ça nous a un peu manqué...
Si c'était à refaire : OUI, le seul inconvénient c'est le trajet 2500km aller et retour, c'est long et dur mais une fois sur place c'est génial. En trouvant des parades aux vibrations ( je fais actellement des recherches, mais bon c'est le bicylindre qui veut ça), une bulle honda touring 153 euros tout de même ! , et peut-être une selle grand confort. Avec ça, je pense que ça pourrai aller ou alors, en train, avec trois billets (mon amie, moi et la deauville).
Je ne me suis pas attardé sur le voyage en lui-même, des expériences vécues qui resterons du domaine personnel, je voulais rester centré sur la deauville qui nous a été un excellent outil de voyage.


Article suivant: Vidange pont Deauv 650
Article précedent: 60 000 Km en NTV.

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami





A propos de cet article
Profil de fredinfos Article de Fred.
fou de sa deauville

N° Article : 201
Article lu 6621 fois.
Créé le 05-11-2006 à 22h25.
Modifié le 01-02-2008 à 15h20.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles